pétroglyphes aborigènes

Australie Peinture

Pétroglyphes aborigènes :

Depuis des temps immémoriaux, l’art aborigène a été créé sur des supports fragiles (écorces d’arbres) voire plus éphémères (peintures corporelles, lignes de chants tracés dans le sable), ce qui a rendu l’estimation de la datation très difficile. Les formes les plus durables de cet art sont, sans conteste, les innombrables fresques et gravures pariétales (ou pétroglyphes) qu’on peut rencontrer sur toute l’étendue du continent Australien. Certains indices permettent d’affirmer que la peinture sur rocher (ou « rock art ») était déjà pratiquée dans les escarpements de la Terre d’Arnhem il y a cinquante mille ans, c’est à dire bien avant l’époque des fresques paléolithiques de Lascaux. La découverte de peintures et de gravures plus récentes, sur les mêmes sites ou ailleurs, témoignent d’une activité artistique qui s’étend sur plusieurs millénaires. Voici un aperçu des différents sites visités et visitables en Australie, tant dans le centre que sur la côte Ouest. Cet article sera progressivement enrichi au fil des voyages.

 

Pétroglyphes aborigènes du site de Wallace Rockhole

Ce site est géré par la communauté des « Aranda » qui se situe à environ 120km à l’Est d’Alice Springs. Il est possible de faire une visite des « Rockart » avec un guide autochtone qui aborde  différents sujets tels que les plantes médicinales du Bush, les graines ainsi que les histoires du Peuple Aranda.

petroglyphes aborigènes (page 1) petroglyphes aborigènes (page 2) petroglyphes aborigènes (page 3) petroglyphes aborigènes (page 4)

L’utilisation du pointillé est un des aspects intéressant des oeuvres aborigènes. Déjà nous pouvons constater qu’ils sont employés depuis des millénaires. Dans la peinture rituelle, les pointillés servent à souligner les contours des dessins. Il en allait de même dans les premiers tableaux à l’acrylique, mais les artistes en étendirent progressivement l’usage et finirent par couvrir toute la surface du tableau. L’usage du pointillé ou du procédé répétitif du même type peut avoir plusieurs origines qui ne s’excluent pas forcément entre elles. Ces points peuvent imiter le duvet ou des touffes de matière végétale, ou encore évoquer les différences de topographie d’un lieu (ou différente végétation) ou bien encore à dissimuler des motifs sacrés, ou à produire des effets d’optique insolites évoquant la présence du surnaturel au sein de la terre.

petroglyphes aborigènes (page 5) petroglyphes aborigènes (page 6) petroglyphes aborigènes (page 7)

Parc Naturel d’ Emily et Jessie Gaps

La route d’Alice Springs se dirige vers l’est au pied de la chaîne montagneuse dont le nom est aussi mystérieux que l’histoire des Aborigènes de la région. Nous découvrons le Parc d’Emily et Jessy Gap, mais personne ne sait vraiment qui ils sont.

En revanche, ce qui est sûr, c’est la topographie des lieux, un site sacré mais pas forcément un site cérémoniel. Les roches ont été pliées, aplaties comme des feuilles ce qui constitue une oeuvre en soi, mais c’est aussi l’art rupestre autochtone qui présente une caractéristique importante de la région d’Alice Springs.

petroglyphes aborigènes (page 8) petroglyphes aborigènes (page 9) petroglyphes aborigènes (page 11)

 

La plupart des lieux sacrés de la région sont associés au même temps du « rêve » (Dreamtime). Ces lieux forment un ensemble de « pistes de rêve ». Celle d’Emily et Jessie Gaps sont associées à la piste du « caterpillar ». Emily Gap est le plus important, puisque les êtres de la « chenille de Mparntwe » (Alice Springs) sont issus de ce site. Ces chenilles forment Emily Gap et beaucoup des caractéristiques topographiques autour d’Alice Springs pour rayonner jusqu’au bord du désert de Simpson.

Ces peintures rouge-ocre et chaux blanche représentent les chenilles qui auraient été cuites et mangées ici par un héros ancestral sur son voyage Dreamtime.

 

petroglyphes aborigènes (page 10)

Site de pétroglyphes aborigènes de Roma Gorge

Roma Gorge est situé juste à l’ouest de Glen Helen Resort dans le Western Macdonnell Ranges près d’Alice Springs. C’est l’endroit à visiter pour voir quelques-unes des meilleures concentrations de pétroglyphes aborigènes dans ce domaine. Ils sont tellement prolifiques qu’ils couvrent la plus grande partie de la formation rocheuse inférieure. Nous pouvons en observer aussi sur la partie haute du site.

Ces pétroglyphes remontent à des milliers d’années. Ils ont été largement utilisés par les Autochtones pour raconter l’emplacement des trous d’eau, des animaux etc.

La promenade dans la gorge est très rapide, quelque centaines de mètres tout au plus, cependant, l’accès est assez pittoresque. C’est un lieu qui n’est pas fréquemment visité et manqué par la plupart des visiteurs car il est rarement indiqué sur les cartes routières. De plus, l’arrivée se situe à 8km d’un long parcours à travers le lit d’une rivière asséchée la plupart du temps. Le 4×4 est indispensable. Au bout de cet accès des plus insolites, se trouve un petit parking ainsi que toutes les explications historiques du lieu.

 

petroglyphes aborigènes (page 12) petroglyphes aborigènes (page 13) petroglyphes aborigènes (page 14) petroglyphes aborigènes (page 15) Petroglyphes Roma Gorge petroglyphes aborigènes (page 18) Petroglyphespetroglyphes aborigènes (page 19)

 

petroglyphes aborigènes (page 21) petroglyphes aborigènes (page 22) petroglyphes aborigènes (page 23) petroglyphes aborigènes (page 25)

 

Publié le 11 mars 2016